points d'actu !
Auteur de cet article :


Votre avis nous interesse !


Le Guichet du Savoir
Pour avoir plus d'infos sur ce sujet, posez vos questions au Guichet du Savoir
 



Recommandez cette page :



La netcampagne des législatives 2007 en Rhône-Alpes : la course au Net et après
Crée le 25/05/2007     Modifié le 23/07/2009
Des souris et des hommes [politiques]
L’année 2007 voit les deux premières véritables « netcampagnes », c’est-à-dire les premières élections présidentielles et législatives pour lesquelles les campagnes sont abondamment relayées par l’Internet : sites des partis politiques, blogs des candidats, dossiers dans les médias, blogs de militants ou blogs citoyens.

Nous avons décidé de recenser à l’occasion de ces élections législatives, la totalité des sites concernant les élections législatives en Rhône-Alpes, mais visant à l’équilibre, nous avons également listé tous les candidats qui n’avaient pas leur propre site web.

La Bibliothèque municipale de Lyon inscrit également cette action dans un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France qui porte sur la mise en œuvre du dépôt légal de l’Internet...

Sévèrement mordus par le virus de la net-politique en Rhône-Alpes, nous avons revisité 5 mois après les 421 sites partisans que nous y avions « capturés ».


Cyberpoliticiens et cybercitoyens 5 mois après

Désormais, les outils de l’Internet (du courrier électronique aux sites Internet, des forums aux blogs...) font parties de la panoplie de l’homme politique, mais aussi de toutes politiques ou acteurs publics qui souhaitent se donner une image « technologiquement » avancée. En moins d’une décennie, la diffusion de ces techniques est incontestable : l’Internet s’est s’inséré dans les règles traditionnelles du jeu politique, « les rouages de la démocratie parlementaire sont désormais tous concernés par l’intrusion de ces outils »(1). Cette domestication d’Internet dans le jeu politique est, historiquement, plus précoce dans le monde anglo-saxon, mais s’est étendu, comme nous l’avons vu, dès les années 2000 au reste des démocraties représentatives. Les acteurs politiques ont acquis savoirs et pratiques, leur permettant d’orienter leur communication et développer des nouveaux modes d’engagement citoyen. (1) Bruno Villalba

-  Communication politique et communication électorale sur Internet, par Marjorie Pontoise, mémoire Master 2 de recherche en droit de la communication, Université Paris II, sous la direction de Jérome Huet.

L’analyse de Marjorie Pontoise porte sur l’élection présidentielle, dont les candidats ont largement investi dans la net-communication, en créant des sites et en favorisant les échanges en direct, afin de susciter des communautés autour de leur idées. Ceux des grands partis y ont vu le moyen d’élargir leur audience et ceux des petits partis l’occasion de diffuser facilement leurs idées à faible coût.

Nous avons voulu savoir si les acteurs politiques en Rhône-Alpes - candidats aux élections législatives, partis et partisans - s’étaient durablement appropriés le Net. Que reste-t-il de cette flambée 5 mois après ? De nouvelles relations durables se sont-elles crées entre politiques et électeurs ?

Doc : Tableau de synthèse, 81.7 ko, 150x49

Tableau de synthèse
au 17/11/2007.
Sites morts ou presque,
sites vivants

(JPEG, 81.7 ko)

Doc : Sites au 17/11/2007, 18.8 ko, 150x98

Sites au 17/11/2007

(JPEG, 18.8 ko)

52% de sites déjà morts ou presque

Nous avons comptabilisé dans cette catégorie les sites en erreur 404, dont les noms de domaine n’ont pas été renouvelés ; les blogs fermés, désormais accessibles aux seuls détenteurs d’un identifiant et d’un mot de passe ; les sites de candidats dont les adresses ont été reroutées vers les sites des partis, sans aucune mention du nom de l’ex-candidat ; les sites fermés pour travaux ; les sites qui n’ont pas été mis à jour depuis le 31 août 2007, considérant que dans la mesure où ils n’avaient pas effectué leur « rentrée » malgré une actualité politique et particulièrement législative extrêmement riche dès le 1er septembre, ils n’étaient qu’en sursis. Ces sites morts ou en coma dépassé, sont, comme on peut s’y attendre, des sites partisans ou de candidats qui ont échoué aux élections... mais pas seulement.

Doc : Sites des heureux (...), 13.4 ko, 150x85

Sites des heureux élus au 17/11/2007

(JPEG, 13.4 ko)

40% des sites des heureux candidats sont également morts ou presque morts : le citoyen n’est-il donc un destinataire et partenaire de la communication politique que dans le bref instant où il se retrouve électeur, et donc uniquement au moment de la conquête du pouvoir ?

48% de sites vivants

Il s’agit des sites qui ont reçu au moins une mise à jour depuis le 1er septembre 2007, sachant que dans cette catégorie, la majorité d’entre eux est très active, ayant été réactualisée depuis moins de 15 jours. 40% sont des sites qui ont visiblement continué sur leur lancée, puisque nous y avons retrouvé les archives de la campagne des législatives, soit accessibles d’un clic à partir de la page d’accueil, soit au cœur du site, facile à repérer par feuilletage ou par une requête simple via leur moteur de recherche. 8% peuvent être considérés comme de « nouveaux sites », même si leur nom de domaine est le même, ne faisant aucune référence aux récentes élections. A noter que nous n’avons volontairement pas utilisé les fonctions de Google permettant une recherche au cœur des sites qui n’avaient pas de moteur intégré. Les deux net-vainqueurs, PS et UMP, se situent au dessus de la moyenne, avec respectivement 51% et 54% de sites vivants, le pourcentage de « nouveaux sites » étant supérieur à l’UMP (12%).

Doc : Sites PS vivants (...), 14.2 ko, 150x81

Sites PS vivants ou morts au 17/11/2007

(JPEG, 14.2 ko)

Doc : Sites UMP vivants (...), 14.6 ko, 150x80

Sites UMP vivants ou morts au 17/11/2007

(JPEG, 14.6 ko)

Conclusion provisoire

Fallait-il réaliser cette campagne de capture des sites électoraux, afin de préserver cette matière à l’intention des chercheurs ? Avec 52% de sites déjà morts ou en péril, la réponse est oui. Faudrait-il recommencer pour les municipales et cantonales en 2008 ? Pourquoi pas...








Lien vers le flux RSS de cet article

Archives     Plan     Mentions légales