points d'actu !


Elections présidentielles américaines
Obama : can he do it again ?
8/10/2012
Le 6 novembre 2012 aura lieu l’élection présidentielle américaine. Les électeurs américains devront choisir entre les deux candidats des deux grands partis outre-Atlantique : Barack Obama, Président sortant et démocrate, contre Mitt Romney, candidat du Parti Républicain. Depuis 1933, seuls deux présidents Américains n’ont pas été réélus pour un deuxième mandat : Jimmy Carter en 1981 et Georges Bush père en 1993. A chaque fois, les électeurs les avaient considérés comme des failed Presidents, des présidences ratées ! L’élection à un deuxième mandat s’apparente donc historiquement à un referendum pour ou contre le président sortant. Mais si l’histoire semble dès lors pencher en faveur d’Obama, il faudra tenir compte du désenchantement des citoyens américains face à une économie moribonde et la montée des néoconservateurs. La crise financière fait plus que jamais des Etats-Unis un baromètre de l’avenir de l’économie mondiale et les médias sont particulièrement attentifs aux propositions des candidats dans ce domaine. Les observateurs scrutent aussi avec attention les propositions des deux camps en matière de politique étrangère à l’heure où un nouvel ordre mondial semble se dessiner. Voici quelques idées de lecture pour mieux connaître les prétendants, les enjeux de cette campagne au niveau mondial, et pour mieux comprendre la société américaine contemporaine.


Sommaire

1. Le système électoral américain

2. Obama vs Romney

-  Barack Obama
-  Mitt Romney

3. Une Amérique divisée

4. Les Etats-Unis et le monde de demain

Pour suivre les élections

1. Le système électoral américain

Temps fort de l’actualité internationale, l’élection du président des Etats-Unis est très suivie en dehors des frontières américaines. Cependant, le processus électoral long et complexe n’est pas toujours bien connu. Les candidats à l’élection ont peu à peu été désignés par un système de primaires qui se sont déroulées ces derniers mois. Les primaires, organisées dans chaque état américain, conduisent à l’élection de délégués et de super-délégués qui voteront ensuite, lors de la convention nationale de chaque parti, pour leur candidat favori. La bataille électorale commence donc souvent, comme chez les démocrates, par une bataille au sein même de son propre parti, pour être tout d’abord désigné candidat. De nombreuses sources d’information permettent de mieux comprendre ce long processus. Les institutions des Etats-Unis, par la Documentation française, donne un excellent aperçu du cadre institutionnel américain et de son fonctionnement. Pour une introduction plus poussée à la vie politique américaine et aux systèmes des partis, il faudra voir du côté de Les partis et la vie politique aux Etats-Unis, de Pierre Sicard.

Pour ceux qui partent de zéro mais qui veulent tout savoir, il existe Les Etats-Unis pour les nuls, de François Durpaire et Thomas Snégaroff : absolument tout ce qu’il faut savoir sur les Etats-Unis, de son histoire à sa société moderne et les grands défis qui l’attendent, par deux spécialistes reconnus. Enfin, Les mots des États-Unis, de Jean Kempf, se veut un petit lexique pour comprendre la civilisation américaine à travers ses mots et notions clés : la doctrine Monroe, le melting pot, l’arrêt Roe v. Wade, le terme workaholic, etc...

2. Obama vs Romney

Même si la campagne entre Barack Obama et Mitt Romney bat son plein depuis un moment déjà, ce n’est que depuis les deux récentes conventions d’investiture que leurs candidatures ont été officialisées. C’est d’abord le Parti républicain qui a présenté son candidat le 28 août dernier lors d’une convention qui aura notamment retenu l’attention en raison de l’intervention de l’acteur Clint Eastwood. Le 6 septembre, Barack Obama présentait à son tour sa candidature officielle pour le Parti démocrate. Comptes-rendus de France 24 : ici pour les républicains, ici pour les démocrates. Le guide des élections américaines, de Nicole Bacharan, dresse le portrait des deux protagonistes, présentant à travers des chapitres précis et pratiques les lignes de leurs programmes, leurs points forts, et leurs faiblesses. On y trouvera aussi un panorama des différentes catégories de l’électorat américain.

Barack Obama

Doc : © Flickr/Transplanted, 676.1 ko, 112x150

© Flickr/Transplanted Mountaineer

(JPEG, 676.1 ko)


Est-il encore nécessaire de présenter l’actuel président américain ? Son élection en 2008 avait suscité un véritable engouement en France même s’il est vrai que pour des raisons philosophiques et de culture politique, les français se sentent proches des démocrates traditionnellement. Pour preuve, les français sont 92% à penser qu’il devrait être réélu selon le Centre de recherche Pew ! Dans la foulée de son élection, Obama recevait le prix Nobel de la paix. Le monde était alors gagné par l’Obamania et nombre de ses écrits étaient alors traduits en langue française :

Les rêves de mon père
L’autobiographie du candidat démocrate : ses origines kenyanes, son enfance à Hawaï, ses études à Columbia et Harvard, sa profession d’avocat et de professeur de droit, son mariage, sa famille.

L’audace d’espérer. Une nouvelle conception de la politique américaine
Paru en 2007, ce livre est la première profession de foi d’Obama, symbole de changement et d’ouverture vers une Amérique métissée.

De la race en Amérique
Une édition bilingue d’un discours qualifié d’historique, prononcé par Obama le 18 mars 2008 à Philadelphie, dans la veine du I have a dream de Martin Luther King en 1963.

Discours
Ce livre réunit les plus grands discours d’Obama, mais aussi ses plus insolites et surprenants. Des textes qui révèlent la personnalité d’un président dont les prestations oratoires font déjà partie de l’histoire.

Barack Obama n’est pas seulement le premier président noir des Etats-Unis. Il porte aussi le discours d’une nouvelle gauche américaine. Pour un français, il est parfois difficile de saisir la distinction gauche/droite à l’américaine. Ainsi le mot libéral n’a-t-il pas la même résonance dans les deux langues. Pierre Ansay, philosophe et ancien diplomate, nous livre dans Nouveaux penseurs de la gauche américaine, une présentation de ces nouveaux penseurs de la gauche américaine : radicaux, démocrates, libéraux, féministes... qui pourraient avoir une influence déterminante dans le futur.

Suivre la campagne officielle de Barack Obama sur http://www.barackobama.com.

Doc : Logo du Parti démocrat, 20.7 ko, 150x134

Logo du Parti démocrate

(JPEG, 20.7 ko)

A peine passée l’euphorie de son élection, le nouveau Président s’est toutefois vite retrouvé confronté à la plus grande crise économique qui ait frappé l’Amérique - et le monde - depuis 1929. Porteur de grands espoirs, mais héritant d’une situation difficile et compliquée, il allait devoir faire des compromis. Ainsi sa réforme du système de santé est-elle passée dans la douleur. Et malgré la victoire sur Ben-Laden, le sauvetage des banques, et celle de l’industrie automobile, un chômage élevé continue de frapper les Etats-Unis alors que la croissance reste timide. Lorsqu’il présente son plan de relance en 2009 impliquant d’importantes dépenses publiques dans un pays traditionnellement farouche à l’intervention de l’état, il doit faire face à une forte contestation incarnée par le virulent Tea Party. La sanction est immédiate : aux élections de mi-mandat de 2010, les démocrates souffrent l’une de leurs plus lourdes défaites d’après-guerre et doivent céder le contrôle de la Chambre des représentants aux Républicains.

La question économique est donc centrale à cette campagne et constitue un terrain qu’affectionnent particulièrement les républicains. Dans un contexte de morosité économique, les électeurs américains ne cachent pas leur désenchantement et beaucoup d’électeurs indépendants demeurent indécis. Quel bilan pour le Président sortant qui doit aujourd’hui composer avec une opposition qui a repris du poil de la bête, notamment avec la montée en puissance des néoconservateurs ? A mesure que la campagne avance, les publications sur ce sujet se multiplient. Petit tour d’horizon :

Le Bilan d’Obama, sous la direction d’Olivier Richomme et Vincent Michelot
Ouvrage issu de deux colloques organisés à Lyon et rassemblant une équipe internationale de spécialistes des Etats-Unis. Cet ouvrage propose une lecture des politiques intérieure et extérieure du premier mandat d’Obama, marqué par la fin du grand moment conservateur des années Bush et la difficile émergence d’un nouveau progressisme.

Obamanomics : comment Barack Obama a réformé l’Amérique, Niels Planel
Véritable bilan en profondeur des années Obama : passage en revue des réformes - des plus connus (assurance maladie, réglementation financière, plan de relance) aux moins médiatisées - et des ratages (environnement). Son élection en 2008 marque la fin d’un cycle conservateur de trente ans. Cet ouvrage explore la philosophie politique et économique d’Obama et ses influences (projet Hamilton, Nudge...) qui sont en train de marquer la rénovation du Parti démocrate et l’émergence d’une nouvelle gauche américaine.

Obama, vers un deuxième mandat ?, Jacques Portes
Bilan, atouts, et faiblesses du président sortant qui n’arrive plus à incarner l’espoir comme en 2008. Par un historien spécialiste de l’Amérique du nord et intervenant sur France inter.

Obama face aux 9 plaies de l’Amérique, Guillaume Serina
Reposant sur des témoignages recueillis sur le terrain, mais aussi des interviews d’acteurs et d’observateurs de premier plan, Guillaume Serina présente les plaies qui font souffrir l’Amérique : santé, économie, mentalités, pauvreté, influence internationale, Irak et Afghanistan, politique énergétique, éducation publique et accès au savoir, immigration et tensions communautaires.

Barack Obama : La grande désillusion, André Kaspi
Présenté comme un messie à son élection, il devait être celui qui changerait l’Amérique et le monde. Quatre ans plus tard, la déception est palpable. Que s’est-il passé pendant ces quatre années ? Bilan sans concession par un spécialiste français des Etats-Unis.

Amérique, années Obama, Corine Lesnes
Chronique nuancée des années Obama par la correspondante du Monde à Washington. Son livre, qui est le fruit de dizaines d’enquêtes, tente de comprendre comment les Américains, qui croient pourtant posséder le meilleur système politique au monde, n’en voient pas les multiples blocages.

Les guerres d’Obama, Bob Woodward
Enquête dans les coulisses de la politique étrangère d’Obama. Woodward raconte les tensions entre la Maison blanche et le Pentagone dans le cadre des deux guerres qu’elle a menées et dévoile l’existence d’une armée clandestine au Pakistan entretenue par la CIA. Très documentée, référencée, avec des informations décortiquées et mises en perspective. Par un grand reporter du Washington Post qui a débuté sa carrière par le Watergate et a signé plusieurs articles sur la CIA et des enquêtes sur l’administration Bush.

Obama la vérité : dans les coulisses de la maison blanche, Ron Suskind
Dans la même veine que Bob Woodward, Ron Suskind - lauréat du prix Pulitzer pour ses articles dans le Wall street journal - s’est également fait une spécialité des investigations dans les coulisses du pouvoir, avec force anecdotes, témoignages, et révélations inédites. Il enquête ici sur la gestion de la crise économique par l’administration d’Obama.

Obama face au pouvoir, Guillaume Debré
Autre enquête dans les coulisses du pouvoir de la maison blanche mais cette fois par un français ! L’auteur- correspondant de TF1 et LCI à Washington - nous propose une plongée au cœur de l’administration Obama pour en apprécier les rouages et revivre certains moments clés de la présidence Obama jusqu’à la campagne actuelle. Un récit rythmé par de très nombreuses anecdotes.

Obama s’en va-t-en guerre, Tariq Ali
Livre très critique du Président Obama. Selon l’auteur, passé l’euphorie et l’Obamania, le monde est vite redescendu sur terre. Loin de constituer une rupture, Obama ne serait qu’un énième politicien habile, un président aux beaux discours, opportuniste, pragmatique, et proche des milieux d’affaires. Il n’y a qu’à voir la continuité dans sa politique étrangère américaine : maintien des deux guerres, position dans le conflit israélo-palestinien... Par un écrivain chroniqueur dans le Guardian et militant anticapitaliste qui s’est beaucoup penché sur la résistance politique.

Comment Obama a perdu l’Amérique, Donald Morrison
Pour les français, il semble impensable que les américains puissent désavouer un président aussi exaltant, qui a radicalement changé l’image des Etats-Unis et que le monde entier leur envie. Mais pour qui s’aventure au plus profond de l’Amérique, le constat est sans appel : en à peine trois ans, Barack Obama s’est coupé de ceux qui l’avaient porté à la présidence. Etant donné les espoirs considérables qu’il a inspirés, une déception était sans doute inévitable. Mais entre des réformes inabouties, un taux de chômage toujours en hausse, des échecs électoraux, les nombreuses concessions faites à ses adversaires et une personnalité trop réservée, même ses plus fervents admirateurs en viennent à douter. Enquête par un américain de Paris qui décrypte la vie politique aux Etats-Unis.

Le monde selon Obama, Zaki Laïdi
Pour comprendre la politique étrangère d’Obama, ses forces et ses faiblesses, sa conception de la place des Etats-Unis dans le monde, de la sauvegarde de leurs intérêts, et des enjeux de la défense des droits de l’homme dans le monde multipolaire du 21ème siècle.

Voir également :

  • Dossier de l’Express sur le bilan d’Obama dans son numéro du 8 août 2012
  • « Pourquoi il peut perdre », dans le Courrier international du 30 août 2012
  • « Obama, quel bilan ? Dix experts américains répondent », dans Alternatives internationales, n°56 septembre 2012
  • « Où va l’Amérique ? », Le Monde diplomatique, Manière de voir, n°125, octobre-novembre 2012

Mitt Romney
Du côté des républicains, c’est Mitt Romney, ancien gouverneur du Massachusetts âgé de 65 ans qui sera en lice en novembre. Les publications à son sujet sont, sans surprise, beaucoup moins nombreuses que pour son rival démocrate, véritable chouchou des médias en France. Force est de constater que son image souffre ici de préjugés et d’une grande indifférence. Pour y remédier, un comité de soutien Mitt Romney France a ainsi été mis sur pied. Ce comité a même constitué un site dressant le bilan de Barack Obama sous le nom de domaine barackobamafrance.fr

Pourtant, la France, Romney la connaît bien. Il n’a que 19 ans lorsqu’il la sillonne pendant deux ans comme missionnaire mormon. Il en gardera l’image d’une grande nation déchue. Ainsi déclare-t-il en 2007 que si Hillary Clinton remportait la présidentielle de 2008, « elle ferait des Etats-Unis la France du XXIème siècle : une ancienne grande puissance devenue un second couteau. » Gaffeur dans ses déclarations, sa qualité première réside dans sa longue expérience dans le milieu des affaires pour Bain Capital, un important fonds d’investissement dont il est l’un des fondateurs. Sa campagne s’est pour le moment articulée autour de son expérience et de ses nombreux succès dans le management qui feraient de lui l’homme de la situation pour redresser l’économie américaine. L’Amérique de Mitt Romney, de Soufian Alsabbagh, revient sur le parcours du candidat républicain qui incarne le succès à l’américaine.

Suivre sa campagne officielle sur http://www.mittromney.com/

Doc : Logo du Parti républic, 5.8 ko, 150x125

Logo du Parti républicain

(JPEG, 5.8 ko)

Ses critiques disent de Mitt Romney qu’il renvoie l’image d’un millionnaire défendant les intérêts des riches, et son refus - il a depuis cédé - de rendre public ses déclarations d’impôts n’avait pas renforcé son image. Accusé d’être un peu trop mou et modéré, Mitt Romney a choisi le dynamique Paul Ryan en tant que colistier afin de donner un nouveau souffle à sa campagne. Sans être comparable à la nomination de Sarah Palin en 2008, c’est un choix que beaucoup jugent malgré tout osé. A 47 ans, Ryan bénéficie d’une longue expérience d’élu et représente la frange radicale du Parti - dont le Tea Party. C’est un partisan convaincu des idées néolibérales : rigueur budgétaire, rôle minimal de l’état, diminution des dépenses publiques, et privatisation. Un portrait complet de lui a été publié dans le Nouvel observateur du 30 août 2012. Les idées de cet économiste et ancien moniteur de fitness pourraient séduire la base du Parti, mais au risque de donner l’image de quelqu’un n’ayant pas à cœur les intérêts de l’américain moyen. Audacieuse, cette manœuvre témoigne d’une véritable radicalisation de la droite républicaine dont font état plusieurs auteurs :

Doc : © Flickr/BlueRobot, 16.6 ko, 150x150

© Flickr/BlueRobot

(JPEG, 16.6 ko)

La nouvelle droite américaine, Soufian Alsabbagh
Portrait de la nouvelle droite américaine et de son glissement encore plus à droite à travers l’étude du mouvement du Tea Party. Par un spécialiste de la droite américaine.

Le Tea Party : portrait d’une Amérique désorientée, Aurélie Godet
Ils sont isolationnistes, hostiles à l’Etat, à l’impôt, à toute limitation de leur liberté. L’élection de Barack Obama et la crise financière les ont mobilisés, par millions. Ce sont des indignés, à leur manière : les laissés pour compte d’une Amérique à la dérive qui n’arrive pas à intégrer la nouvelle donne planétaire, ou à surmonter les contradictions d’un modèle qu’ils croyaient invincible. Ils n’ont pas de doctrine ou de pensée constituée : leurs convictions évoluent entre les thèses libertariennes et le conservatisme le plus étroit. Ils ont pour règle de n’obéir à aucun leader. Est-il imaginable qu’ils puissent un jour gouverner ? Cet ouvrage retrace les origines et l’évolution d’un mouvement qui compte désormais comme un acteur de poids dans l’opposition à Obama.

Haine froide, à quoi pense la droite américaine, Nicole Morgan
Alors que nous assistons à la « droitisation » du Parti républicain, l’auteur livre une analyse dense et concrète sur les origines de l’idéologie radicale qui anime les mouvements comme le Tea Party et qu’elle nomme « idéologie de la haine froide ». Cette idéologie qui prône le laisser-faire trouve sa source dans les écrits de la philosophe romancière Ayn Rand - l’idéologue des libertariens - qui met en scène des héros (des entrepreneurs-créateurs) et des méchants / parasites méprisables (politiciens, fonctionnaires, récipiendaires) qui vivent à leurs dépens et qu’il s’agit donc d’éliminer ! Ses romans - La grève et La vertu d’égoïsme parmi les plus connus - sont, selon une enquête de la Bibliothèque du Congrès, juste derrière la bible en termes d’influence sur les esprits aux Etats-Unis !

Le style paranoïaque, Richard Hofstadter
Première traduction d’un recueil d’articles de 1965 sur l’histoire politique américaine classé parmi les plus importants du XXème siècle en langue anglaise selon le Time magazine. Démontre la permanence dans la politique américaine d’un imaginaire du complot (JFK, Maccarthysme, méfiance envers les élites...) qu’on retrouve en force dans les mouvements néoconservateurs d’aujourd’hui. Un classique pour comprendre les rhétoriques de la conspiration (réactions passionnelles, exagérément suspicieux et agressifs, expression apocalyptique).

3. Une Amérique divisée

Doc : © Margareth Bourke-Whi, 29.3 ko, 150x113

© Margareth Bourke-White

(JPEG, 29.3 ko)

Si on observe chez les républicains une mobilisation de la base du parti plutôt qu’un recentrage, ce phénomène concerne également la gauche américaine. Certes, cette polarisation du débat n’a rien de surprenant a priori dans un système bipartisan. Mais là où le système fonctionnait grâce à un esprit de compromis sur l’essentiel, les spécialistes constatent que la campagne actuelle est marquée par des positions tranchées et retranchées. On serait en train d’assister à l’apparition d’une véritable fracture au sein de la société américaine. Aucun mouvement n’illustre mieux cette radicalisation des positions que les mouvements du Tea Party et, son pendant, le mouvement Occupy. Portrait d’une Amérique divisée où les mouvements de contestation et de colère témoignent d’une certaine polarisation de la société :

Occupy Wall street !
« Nous sommes les 99 % de la population. Nous travaillons de longues heures pour un faible salaire et sans droits. Nous sommes forcés certains jours de choisir entre la nourriture et le loyer. Nous n’avons rien pendant que le 1 % des plus riches a tout ». À l’automne 2011, un mouvement protestataire né au centre de Manhattan s’est enflammé suite aux réactions excessives et violentes des policiers. Occupy Wall Street ! est un compte rendu de ce mouvement. Le livre rassemble les récits sous tension des occupants lors des premières semaines du campement, mais aussi des textes théoriques, le tout agrémenté d’illustrations et de photographies. Des activistes et d’éminents penseurs radicaux (Zizek, Butler, Angela Davis, Chomsky) apportent leur contribution à cet ouvrage. Dans une introduction foisonnante, la journaliste Jade Lindgaard explique les ressemblances et les différences entre la révolte de Wall Street et celle d’Espagne, d’Italie, d’Angleterre, et la France.

Les mouvements du Tea Party et d’Occupy Wall street sont en tout cas révélateurs du malaise d’une bonne partie de l’Amérique. En pleine crise économique, on assiste à la résurgence d’une méfiance envers les élites et une classe politique que beaucoup jugent coupée des réalités du pays. Cette Amérique va mal et contraste avec l’image de l’Amérique prospère à laquelle le monde a été habitué. Plusieurs auteurs ont fait le voyage pour tenter de prendre le pouls de cette société que l’on dit en déclin.

Où va l’Amérique ?, Gilles Biassette
Cet essai mêle dans un style sobre et efficace le reportage de terrain à la rencontre des « vrais » Américains, les interrogations documentées de fond, et la finesse du jugement. Un excellent viatique pour suivre la dernière ligne droite de la campagne présidentielle américaine.

L’Amérique après Obama, Amy K. Greene
Retour sur l’élection d’Obama, ses conséquences, et les grandes questions qui divisent les Etats-Unis aujourd’hui. Brosse un tableau du paysage politique américain tiraillé entre volonté réformatrice et repli conservateur.

American spleen, Oliver Guez
En parcourant les Etats-Unis, Oliver Guez, journaliste et écrivain, rend compte de la situation politique du pays, situation dominée par la crise économique et financière, mais aussi un malaise plus profond, identitaire et moral, que l’accession d’Obama à la présidence n’a pas suffi à enrayer. Voyage dans l’intimité d’une Amérique désenchantée qui rêve de sa grandeur perdue.

Chroniques d’Amérique, François Hauter
François Hauter, grand reporter et prix Albert Londres, a sillonné l’Amérique pour la saisir sur le vif. Grande, humaine, mais aussi gagné par l’angoisse, elle est « passée du coke au diet coke ».

Les Etats-désunis d’Obama, Thomas Cantaloube
Grand reporter pour Mediapart, l’auteur part en voyage aux Etats-Unis pour prendre le pouls de cette société de plus en plus divisé. Il y rencontre un pays en plein désarroi et constate une fracture grandissante, la désillusion, et le mandat mitigé d’Obama. Bref, l’échec d’une réconciliation annoncée en 2008.

L’Amérique qui tombe, Arianna Huffington
L’Amérique, bientôt un pays du tiers monde ? Cet essai par la fondatrice du Huffington post accuse les responsables politiques et économiques d’avoir sacrifié la classe moyenne sur l’autel de Wall street. Enquête sur des vies brisées, sur l’inégalité grandissante, sur la pauvreté rampante, mais aussi sur toutes ces personnes qui se relèvent avec cet optimisme qui caractérise le rêve américain.

4. Les Etats-Unis et le monde de demain

Doc : © Flickr/FotoRita, 285.6 ko, 100x150

© Flickr/FotoRita

(JPEG, 285.6 ko)

Est-ce l’heure de la remise en question pour l’Amérique blessée ? La profonde fracture qui la traverse révèle une société polarisée avec pour risque le blocage partisan et l’immobilisme. Qu’Obama perde ou gagne en 2012, les Etats-Unis sont en pleine mutation et devront faire face à de nouveaux défis. Ces transformations ne seront pas sans conséquence sur le reste du monde et la scène internationale.

La nouvelle impuissance américaine, Olivier Zajec
Pour cet auteur, il ne fait nul doute que l’Amérique est en déclin. Le 11 septembre 2001 avait révélé au grand jour sa vulnérabilité et la crise de 2008 venue de Wall street annonce clairement son naufrage. L’Amérique s’essouffle et vit désormais dans un monde multipolaire. Acceptera-t-elle d’être un état comme les autres ?

De la guerre en Amérique, Thomas Rabino
L’Amérique est toujours en guerre et elle n’est pas prête de s’arrêter. Cet essai par un historien spécialiste de l’histoire de la résistance et de la civilisation américaine revient sur la culture de la guerre aux Etats-Unis. Il montre comment la question militaire est omniprésente dans toutes les sphères : politique, civile, et économique. Contrairement à l’Europe assagie par les grands conflits qui l’ont ravagée, les Etats-Unis ont préservé cette culture de la guerre qui s’est même renforcée après le 11 septembre. Aujourd’hui, son épanouissement a ouvert la voie à toutes les dérives, au point de constituer une menace collective.

Jésus est juif en Amérique : droite évangélique et lobbies chrétien pro-Israël, Célia Belin
L’alliance qui unit les Etats-Unis et Israël depuis plus de soixante ans est communément attribuée à l’influence d’un lobby juif tout-puissant qui tirerait les ficelles de la politique étrangère américaine. Or, cette vision réductrice néglige un aspect essentiel de la question : aujourd’hui, aux Etats-Unis, les supporters d’Israël les plus fervents et les plus nombreux sont issus de la droite chrétienne convaincue qu’il relève de son devoir religieux d’aimer et de protéger Israël. En une quarantaine d’années, ils ont gagné une influence sans précédent dans le système politique. L’extraordinaire montée en puissance d’un mouvement politique inspiré d’une théologie archaïque, fondamentaliste, et radicale.

Pour suivre les élections

La plupart des journaux français proposent en ligne une rubrique spéciale alimentée en continu :

  • http://www.lemonde.fr/elections-americaines/
  • http://www.lefigaro.fr/elections-americaines/
  • http://www.slate.fr/elections-us-2012
  • http://www.courrierinternational.com/evenement/presidentielle_usa_2012

Visitez aussi le tout récent blog de Vincent Michelot et Romain Huret sur les élections américaines : Pennsylvania Avenue 2012



Archives     Plan     Mentions légales