points d'actu !






Recommandez cette page :



 Le chien de guerre et la douleur du monde
Moorcock Michael
(Ed. l’Atalante)

29/06/2012 Illustration du document présenté

« Je renie votre paradis, je renie votre enfer ! Vos désirs sont méprisables et vos ambitions insensées ! »

« Le chien de guerre et la douleur du monde » est un roman que l’on pourrait classer en « Dark fantasy ».

Selon Wikipédia :

« La dark fantasy est un sous-genre des littératures de l’imaginaire dans lequel les distinctions entre le bien et le mal, thèmes récurrents dans la fantasy générale, s’effacent au profit d’histoires au ton plus réaliste et dur, parfois violent. »

Le capitaine Von Beck doit sauver son âme et celle de Sabrina, sa dulcinée. Il va partir en quête du Saint-Graal. Son maître est l’ange déchu, en personne. Mais, la volonté de celui-ci diffère de nos références habituelles. Lucifer veut récupérer le Graal pour soigner la douleur de l’Humanité et par là même retrouver le contact de Dieu.

Mais, la guerre des milieux éclate.

« Le chien de guerre et la douleur du monde » est un roman captivant. Une quête chevaleresque de la période médiévale. Ici, la religion est omniprésente et les massacres se justifient autant au nom de Dieu que du Diable. L’humanité est perdue dans un marasme sombre et nul salut ne semble se profiler.

« Le chien de guerre et la douleur du monde » est un roman de genre, où les aigles géants côtoient les dragons, les démons, les génies, les forêts magiques, les cavaliers noirs et moisis, les sorciers et d’autres créatures. Mais ce n’est pas que cela. Ce roman est une réflexion sur la condition humaine et son attachement aux religions afin de refuser sa propre liberté. Moorcook offre une analyse humaniste dans ce roman de fantasy d’une grande beauté tant au niveau du récit que du style limpide et épique.





Aucun commentaire pour cet article

Archives     Plan     Mentions légales