points d'actu !
Un choix de :






Recommandez cette page :



 African electronic music 1975-1982
Francis Bebey
(Born Bad)

3/05/2012 Illustration du document présenté

Le label français Born Bad compile les plages les plus électroniques du début de carrière du chanteur et multi-instrumentiste camerounais Francis Bebey, décédé il y a 11 ans. Enregistrées entre 1975 et 1982, elles sont un mélange enthousiasmant d’expérimentations lo-fi et de pop africaine.

La technologie est utilisée avec sensibilité et retenue, et donne à l’ensemble une couleur peu commune pour un disque de cette époque dans ce coin du globe. Les arrangements sont minimalistes, le grain des sons électroniques est souvent rugueux, en décalage avec les mélodies plutôt sucrées. Le résultat est volontiers psychédélique, à l’image des enchanteurs "Sahel", "Coffee Cola song", et des hypnotiques "Super jungle", "New track"...

"New track" enregistré en 1982 sert justement d’entrée en matière à cette compilation. Empilement progressif de rythmes tour à tour électroniques et acoustiques, de synthétiseurs joyeux, d’une basse entraînante, et de paroles simples en forme d’hymne incongru à la danse : "I want a banana, more freedom and dance on a new track", tout un programme...

Les textes sont souvent humoristiques, à prendre au degré qui convient ("la condition masculine", "divorce pygmée"...), et typiques de la première partie de sa riche carrière d’homme de musique et de lettres (il était également conteur, poète, romancier).

Les quelques anecdotes et réflexions de sa fille Kidi dans les notes de pochette nous éclairent sur le processus de création de Francis Bebey, et son goût pour les sons sales, distordus, susceptibles de créer une émotion inédite. C’est le cas avec ses rythmiques sablonneuses et ses mélodies au synthé (le Arp solina) joyeusement bancales. Les techniques de production rustiques sont pour beaucoup dans la chaleur qui émane du disque, les pistes s’ajoutant par enregistrements successifs sur une même bande magnétique. Un procédé que l’on imagine aussi ludique que délicat, à l’image du disque.

La réédition de l’album "la condition masculine" (1976) sortie dans les années 1990 comportait en fait des réorchestrations plutôt formatées de titres qui retrouvent ici leur forme originale et notamment leurs boîtes à rythmes au son bien trash.

Bref ce disque magique pratique le grand écart musical et marie pour le meilleur des univers éloignés, étonnamment faits l’un pour l’autre. C’est de la bombe Bebey.

Le site officiel de Francis Bebey





Aucun commentaire pour cet article

Archives     Plan     Mentions légales