points d'actu !

Quels sont les équipes lyonnaises ayant participé au concours solaire Rhône-Alpes 1980 ? Voir

Où puis-je trouver des informations liées à l’énergie solaire. Quelles en sont les principaux acteurs en France ? Voir

Je voudrai savoir combien faut-il de panneaux solaires sur un toit... Voir

Comment optimiser le rendement d’une photopile ? Voir

Je cherche des informations pratiques sur l’utilisation de l’énergie solaire par un particulier Voir

iIexisterait une limite théorique à la transformation directe d’énergie solaire en electricité (photovoltaique) ? ? ? Voir

J’habite une région tres ensoleillée et j’aimerais savoir s’il y a des sites ou des forums pour m’éclairer sur la façon d’en profiter Voir

Je travaille actuellement sur mon mémoire de fin d’études sur "le marché du solaire dans le bassin euroméditerranéen, enjeux et perspectives de développement..." Voir

J’aurais voulu savoir quelle influence l’angle du panneau solaire avec la direction du soleil peut avoir avec son rendement... Voir

J’aimerais pour ma culture personnelle et parce que je me renseigne beaucoup sur cela, connaitre la méthode de fonctionnement de la future centrale de Cadarache et donc comment on recrée l’énergie du soleil... Voir

Quelle part représentent les différentes énergies renouvelables (hydrauliques, éoliennes, marémotrices, solaires...) dans la production francaise d’énergies ? Voir

Je m’intéresse beaucoup à l’utilisation de l’énergie solaire pour la cuisson de poteries... Voir

J’ai lu dans un ouvrage de Paasilina "Prisonniers du paradis" une description de système de réfrigération. Pouvez vous me dire si ce système peut effectivement fonctionner ? Voir

Je suis un particulier qui veut savoir si on a le droit de produire de l’électricité soi-même sans contrainte (rachat d’énergie par EDF ; pression des pouvoirs publics) dans les cas suivants... Voir

Quelles sont les innovations en terme de panneaux thermiques solaires ? Voir



Aventures solaires en Rhône-Alpes
7/01/2010
Il y a vingt ans, des pionniers des énergies renouvelables, opposés à l’énergie nucléaire, avaient fait la route pour rencontrer à Genève Max Schneider, fondateur du bureau d’études Sun Watt Bio Energie, promoteur lui-même de l’énergie photovoltaïque en Suisse romande. Max Schneider venait d’installer, à Thônex, la première centrale photovoltaïque raccordée au réseau.

Le prototype suisse a servi de modèle à la construction de la première centrale photovoltaïque édifiée en toute illégalité à Lhuis, dans l’Ain, à deux pas du surgénérateur de Creys Malville (Isère). « Le surgénérateur était arrêté et la loi française prévoyait qu’un arrêt de plus de deux ans nécessite une nouvelle autorisation. Nous voulions empêcher symboliquement le redémarrage » explique Marc Jedliczka, déjà militant Vert, aujourd’hui directeur général d’HESPUL. L’inauguration a eu lieu le 14 juin 1992. Michel Deprost, 07/06/2009.

La centrale existe toujours chez un particulier : EDF obligée d’acheter cette énergie au même prix qu’elle vendait la sienne, a perdu son procès.



En savoir plus

-   Sur cette première aventure : site Les ressources de l’info et aussi Photovoltaïque : vingt ans d’histoire franco-genevoise (07/06/2009), par Michel Deprost.

-   Site de l’Assocation HESPUL. L’HESPUL, spécialisée dans le développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables a succédé à Phébus, association Loi 1901, créée en 1991. En 2001, Hespul s’est intégrée dans le réseau des Espaces Info Energie en cours de constitution par l’ADEME et, avec le soutien de la Région Rhône-Alpes, a développé en son sein des actions d’information, de sensibilisation et d’accompagnement de projets sur toutes les questions liées à la maîtrise de l’énergie et aux énergies renouvelables, toutes filières confondues, sur l’ensemble du territoire du département du Rhône hors agglomération lyonnaise, soit une population de 419 000 habitants.

Depuis, le Grenelle de l’environnement est passé par là et la région Rhône-Alpes s’affirme comme l’une des plus dynamiques dans le domaine des systèmes solaires.

Sommaire

1. Systèmes solaires en Rhône-Alpes

-  Une région qui exploite ses acquis
-  Une région qui encourage le développement de la filière solaire
-  Géo Trouvetout(s) rhônalpins

2. L’avenir du solaire en Rhône-Alpes

-  Construire des centrales
-  Se donner une stratégie européenne

3. Rhônalpins, soyez solaires...

1. Systèmes solaires en Rhône-Alpes

Une région qui exploite ses acquis

En métropole, Rhône-Alpes fait partie des régions les mieux ensoleillées après PACA et Languedoc-Roussillon.

Fin 2008, elle arrivait déjà en 3e position, après PACA et la Réunion en terme de puissance électrique photovoltaïque raccordée au réseau.

Elle détient aujourd’hui le record français des installations de chauffage solaire et concentre 38% du marché photovoltaïque national. Dans le secteur du solaire, elle rassemble la majorité des industriels français avec une dizaine de fabricants.

Ce qui fait la force de Rhône-Alpes actuellement , c’est la puissance du réseau de recherche et développement (R&D)qu’elle a construit autour de la filière solaire.

Elle accueille deux pôles d’excellence consacrés à la R&D, l’INES et Tenerrdis.

-  Tenerrdis est un pôle de compétitivité, c’est-à-dire la combinaison, sur un espace géographique donné, d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche publiques et privées, engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs au caractère innovant. Tenerrdis se consacre au développement des nouvelles technologies de l’énergie avec deux objectifs : développer la production d’énergies renouvelables (solaire, biomasse, hydraulique) et leur transformation sur des vecteurs d’énergie actuels (électricité et chaleur) et futurs (hydrogène) et optimiser l’utilisation de ces énergies dans le bâtiment et les transports. Entre les acteurs publics et les entreprises impliquées, Tenerrdis représentait en 2005 un total de 2 500 chercheurs.

Les pôles de compétitivité ont été initiés par Jacques Chirac en 2004. Le label « pôle de compétitivité » est attribué par une décision du comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires (CIACT). Ce comité, présidé par le Premier ministre, fixe pour trois ans (2005-2008 et bientôt 2009-2011), les orientations du gouvernement en matière d’aménagement du territoire en réunissant dès que nécessaire tous les ministres intéressés. Le secrétariat du CIACT est assuré par la DIACT. Un appel à projets est lancé chaque année. Entre 2005 et 2008, 71 pôles ont été labellisés. La prochaine campagne 2009-2011 est soutenue par la gouvernement à hauteur de 1,5 milliards d’euros.

Le rapport d’activité 2009 de Tenerrdis montre l’importance stratégique du solaire, car parmi les projets R&Dqu’il a labellisés, l’axe « solaire et bâtiment » représente 50% des investissements, la biomasse seulement 6% et l’hydraulique seulement 3%. Les Journées collaboratives TENERRDIS Solaire, réservées aux professionnels, auront lieu les 1er et 2 avril 2010 à Chambéry.

-  L’INES a pour mission de promouvoir et développer en France l’utilisation de l’énergie solaire, et plus particulièrement au service de la maîtrise de l’énergie dans le bâtiment. Il est implanté au Bourget-du-Lac sur le technopôle de Savoie Technolac, à proximité de Chambéry. Impulsé par les élus savoyards en 1999, il a été créé en 2006 grâce aux programmes mis en place par l’l’ADEME, établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe des ministères en charge de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le Climat et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.. Il comptait à sa création 10 postes de chercheurs (CEA, Université de Savoie, CNRS), en compte 150 aujourd’hui, bientôt 400, selon ce qu’a annoncé Nicolas Sarkozy lors de sa visite à l’INES en juin dernier.

A côté des activités de recherche et développement, l’originalité de l’INES est de s’être doté d’une large mission pédagogique : former et informer tout type de public en matière d’énergie solaire (et de maîtrise de l’énergie dans le bâtiment) au niveau national et international ; éditer, produire et réaliser tout type de documents multimédia permettant la dissémination des connaissances en matière d’énergie solaire...

-  Le Cluster Rhône-Alpes Eco-énergies met en réseau plus de 200 acteurs privés et publics qui souhaitent contribuer au développement des filières de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables en Rhône-Alpes sur le secteur du bâtiment. Il existe 8 groupes de travail, lieux d’échanges et de réflexion, dont un consacré au solaire qui réunit installateurs, fabricants, distributeurs, architectes...

En savoir plus

- Communiqué de presse de Jean-Louis Borloo du 15 mai 2009, lors des 2e Journées européennes du solaire en 2009. 170 manifestations avaient eu lieu en Rhône-Alpes.

-  Table ronde organisée à l’INES le 9 juin 2009 , à visionner sur le site de l’Elysée.

Doc : Acteurs de l’Eco, 31.9 ko, 106x150

Acteurs de l’Economie

(JPEG, 31.9 ko)

-« Rayons de soleil pour la Savoie ? » par Muriel Beaudoing, in  Acteurs de l’économie Rhône-Alpes, juillet-août 2009. L’auteur s’inquiète du chemin qui reste à parcourir : le marché est porteur mais la filière industrielle n’est pas encore adéquate, la France ayant pris un retard considérable...il reste à structurer une filière solaire de rang mondial. Un fonds d’investissement de 100 millions d’euros vient ainsi d’être dédié aux énergies nouvelles, mais pour l’heure, les productions françaises de cellules et de modules devraient seulement atteindre 86 MW et 190 MW en 2009. Loin derrière l’Allemagne et le Japon, talonnées par les Etats Unis et l’Espagne, dont les entreprises lorgnent déjà sur le marché français. On pourrait y ajouter la Chine et l’Inde et les pays de l’OPEP, qui, tout en se réjouissant de l’échec du sommet de Copenhague - qui leur évite une taxe carbone internationale - prépare déjà leur « après-pétrole », c’est-à-dire le solaire.

Doc : Palmarès des entrepris, 29 ko, 119x150

Palmarès des entreprises RA

(JPEG, 29 ko)

Doc : Atout Savoie, 31 ko, 106x150

Atout Savoie

(JPEG, 31 ko)


-  « Une Solar Vallée régionale », interview de Vincent Jacques Le Seigneur, secrétaire de l’INES, in  Palmarès Le Progrès des entreprises Rhône-Alpes 2008-2009. Revenant sur l’essor de la filière solaire en France, Le Seigneur considère que le retard pris par la France -à 10% seulement de la capacité installée en Allemagne, leader mondial - n’est pas entièrement négatif, car les techniques évoluent très vite et la France pourra s’équiper de capteurs beaucoup plus efficaces que ses voisins.

-    Atout Savoie, "Une taskforce pour développer la filière en Savoie", de Delphine Cherpin, octobre/novembre/décembre 2009.

Une région qui encourage le développement de la filière solaire

La Région a adopté en 2005 un Plan énergie favorisant le développement des énergies renouvelables, notamment grâce aux aides destinées aux particuliers, avec des procédures simplifiées. En novembre 2009, la Région a remis un 1000e chèque énergie. L’aide à l’installation d’un chauffe eau solaire individuel se monte à 300 euros et 1000 euros pour un système solaire combiné individuel.

Début décembre 2009, la Région a budgété 35 millions d’euros pour soutenir la filière photovoltaïque, avec l’ambition de compter parmi les leaders mondiaux du solaire. Cette dotation doit soutenir plusieurs projets, employant à terme 535 personnes dont 300 chercheurs :

-  25 M€ destinés à l’L’INES pour accompagner son évolution sur la période 2010-2014, en particulier pour équiper quatre nouvelles plateformes de recherche (THIN-FILM, MOBISOL, STOCKSOL, HIGH-PERF) qui permettront de couvrir la totalité des problématiques sur le sujet. Avec cet engagement, conditionné à celui de l’Etat (200 M€), la Région entend préfigurer le futur « Solar Innovation Campus », sur le modèle des campus d’innovation thématiques de stature mondiale.

-  10 M€ pour ADIXEN et SOLSIA qui développent des produits innovants pour le marché du solaire photovoltaïque. ADIXEN, filiale d’Alcatel Vacuum située à Annecy, travaille sur des systèmes de pompe à vide pour les salles blanches où sont produits et assemblés les panneaux, et SOLSIA travaille sur les « couches minces », solution alternative à l’actuel silicium cristallin. L’unité R&D de SOLSIA sera basée à l’INES (Bourget-du-Lac), et le futur site de production dans le nord de l’Isère.

En savoir plus

Assemblée plénière du Conseil régional, du 2 au 4 décembre 2009, communiqué de presse

Doc : Bref Rhjône-Alpes, 30.3 ko, 120x150

Bref Rhjône-Alpes

(JPEG, 30.3 ko)

Doc : Journal du BTP, 39.2 ko, 102x150

Journal du BTP

(JPEG, 39.2 ko)

-    Bref Rhône-Alpes, "Enfin, le soleil se lève sur Rhône-Alpes", par Didier Durand, 9 décembre 2009. La Région enfonce le clou. Huit mois après avoir voté un engagement financier important en faveur de la filière photovoltaïque (15 M€, lire Bref n°1946), l’assemblée régionale persiste à travers une nouvelle enveloppe de 35 millions d’euros...

-    Journal du bâtiment et des TP en Rhône-Alpes, "Savoie : un nouveau plan pour le photovoltaïque", 26 novembre 2009.

Géo Trouvetout(s) rhônalpins

Antoine César Becquerel inventeur en 1839 de la pile photovoltaïque a ses fils spirituels...

Yann Kaplan, jeune ingénieur biochimiste, vient de mettre au point une batterie susceptible de conserver l’énergie solaire. C’est donc une formidable avancée pour le développement de l’énergie solaire à qui l’on reprochait justement son impossibilité de stockage. Yann Kaplan qui a su s’entourer de compétences scientifiques et technologiques (Insa de Lyon, CNRS, Centre thermique de Lyon) va implanter son site de production de 140 m² à Saint-Vulbas, dans la Plaine de l’Ain. Avec l’aide de Créalys, le premier incubateur d’entreprises en France basée sur le campus de la Doua à Villeurbanne, le jeune entrepreneur a obtenu des financements pour sa recherche... « Lyon : des batteries capables de stocker l’énergie solaire » par Vincent Rocken, in Le Progrès du 1er avril 2009.

Doc : Le Néphélios, 32.2 ko, 150x100

Le Néphélios

(JPEG, 32.2 ko)

Aloun Vangkeosay, Thomas Raphaël, Arnaud Vaillant, 22 ans, étudiants en 5e année à l’Insa de Lyon ont imaginé un dirigeable solaire présenté au Salon du Bourget en juin 2009. L’aéronef appelé Néphélios ressemble à une immense baleine de 22 m de long et 5,5 m de haut. Le « plus léger que l’air » porte sur son dos 42 m² de panneaux solaires flexibles à base de silicium amorphe qui apportent l’électricité, via des câbles, à des batteries qui, à leur tour, alimentent un moteur. L’engin est également équipé d’une nacelle de pilotage sur laquelle sont implantées deux hélices bipales. La batterie accumule l’énergie dont aura besoin le dirigeable en cas de nuages et durant la nuit. Quant à l’enveloppe, elle est constituée d’un sandwich à trois couches : une trame en nylon apportant la résistance, prise entre deux films de polyuréthane, assurant l’étanchéité. À l’intérieur, c’est du gaz hélium qui assurera la portance dans l’air. Soutenus par l’INSA, TOTAL, l’ADEME et la Fondation Air Liquide, et des lycées techniques, ces étudiants ont collecté 150 000 euros pour mener à terme leur projet. « Lancement du premier dirigeable solaire » par Denis Sergent, in La Croix du mardi 23 juin 2009. Voir aussi le blog du projet Sol’R, qui fait sa une sur le premier vol du Néphélios le 19 décembre dernier.

Hervé Kempf dans un dossier consacré au solaire dans le journal Le Monde du samedi 6 septembre 2008, évoquait déjà quelques pistes de recherche dans le photovoltaïque...

Pour le futur, trois pistes de recherche se dégagent. D’abord, augmenter les rendements de l’actuelle technologie du silicium. Ils sont aujourd’hui d’environ 15 %, et les chercheurs estiment pouvoir atteindre 30 %. Mais - c’est la deuxième piste - l’avenir est aux « couches minces » : des films d’un micron d’épaisseur (un millième de millimètre), deux cents fois moins épais que les cellules en silicium et qui présentent l’intérêt de pouvoir être posés sur des surfaces souples, en métal ou en plastique. Les couches minces commencent à pénétrer le marché. Trois techniques sont en compétition : la première utilise du silicium amorphe (a-Si), la deuxième des alliages de cadmium et de tellurure (CdTe), la troisième des alliages de cuivre, d’indium et de sélénium (CIS).

Toujours dans le domaine des couches minces, une autre voie de recherche, plus lointaine, vise à mettre au point des cellules en matière organique, ce qui pourrait conduire à des photopiles en plastique, de faible rendement mais de coût très modeste. Un autre système, découlant d’un concept posé par le Suisse Michael Graetzel en 1991, s’intéresse à l’utilisation de colorants permettant à des matériaux transparents, tels que l’oxyde de titane, de convertir la lumière solaire en électricité.

Un troisième axe de recherche, encore plus futuriste, s’intéresse aux « très hauts rendements », de l’ordre de 40 % de récupération de l’énergie incidente. Avec les techniques actuelles, près des deux tiers des photons du rayonnement solaire atteignant le matériau ne sont pas utilisés. L’idée est de récupérer ces photons grâce, notamment, aux nanotechnologies et aux possibilités qu’elles offrent de maîtriser la matière à une échelle fine.

Ce dossier coïncidait avec la 23e Conférence de l’énergie solaire photovoltaïqueà Valence en Espagne, qui réunissait plus de 4 000 chercheurs, un millier d’exposants, et dont le comité scientifique était présidé par un français, Daniel Lincot, chercheur au CNRS.

2. L’avenir du solaire en Rhône-Alpes

Construire des centrales

Le gouvernement français souhaite accélérer le développement de la filière photovoltaïque en France, car l’énergie solaire pourrait s’avérer compétitive à l’horizon 2020, et attractive, par rapport aux prix de pointe, dès 2010. D’où la mise en œuvre de mesures de crédits d’impôts pour les particuliers et d’un mécanisme d’obligation d’achat de leur modeste, mais réelle, production.

En juin 2008, la puissance installée raccordée au réseau était de 18 MW en métropole, contre environ 6 MW fin 2006 et 13 MW fin 2007. La France se plaçait ainsi au quatrième rang européen, derrière l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie. La très grande majorité des installations (environ 4 300 sur un total de 5 200 installations) était de petite taille (moins de 3 kWc). Ces petites installations représentaient environ 40% de la puissance installée totale. Le gouvernement français visant un niveau de production d’énergies renouvelables atteignant 23% de la consommation à l’horizon 2020, il était nécessaire de passer à la vitesse supérieure, c’est-à-dire de construire des centrales et d’augmenter la taille des installations en incitant les bâtiments industriels, agricoles et les centres commerciaux à s’équiper.

Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Écologie, s’est donné comme objectif de construire au moins une centrale photovoltaïque par région, d’ici 2011, soit 300 MW. Entre 2007 et 2020, la production d’électricité solaire serait multipliée par 400, pour atteindre 5 400 MW. Rhône-Alpes fait partie du groupe de tête des régions avec un objectif de 20 MW .

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a publié, le 21 avril 2009, un appel d’offres pour la construction de ces premières centrales solaires.

En savoir plus

Doc : Green Business, 35 ko, 106x150

Green Business

(JPEG, 35 ko)

-Dossier de presse. Grenelle Environnement : réussir la transition énergétique : 50 mesures pour un développement des énergies renouvelables à haute qualité environnementale (17 novembre 2008)

-    Supplément Le Tout Lyon, "Green Business en Rhône-Alpes", 13 juin 2009. Envisage l’évolution de la filière photovoltaïque jusqu’en 2012 en Rhône-Alpes à travers le rapport de PricewaterhouseCoopers publié en mars 2009.

La Compagnie nationale du Rhône ou CNR, créée en 1933, a reçu de l’Etat en 1934 la concession d’aménagement et d’exploitation du Rhône, déclinée en trois missions : production, navigation, irrigation et autres usages agricoles. Concepteur et exploitant des centrales hydroélectriques, barrages et écluses du Rhône, la CNR a également réalisé sur le fleuve des sites industriels et portuaires, des ports de plaisance, des haltes nautiques et des zones de loisirs. En 2003, de nouveaux statuts accompagnent l’ouverture de son capital. GDF SUEZ, via Electrabel, devient son nouveau partenaire industriel, son actionnaire de référence. Parallèlement, la redéfinition de ses droits et obligations donne lieu à la rédaction d’un nouveau cahier des charges de la concession qui confirme ses missions historiques et solidaires ; elle décide d’y annexer un schéma directeur de missions d’intérêt général, confortant ainsi son engagement en faveur de l’environnement et du développement durable.

La Compagnie nationale du Rhône est en train de construire depuis juillet 2008 dans la Drôme, à Saulce-sur-Rhône, une importante centrale photovoltaïque au sol de 4MWc. Opérationnelle en mars 2010, elle comptera 19 000 panneaux photovoltaïques en silicium polycristallin Tenesol de 220 Wc chacun. La centrale produira 5 040 MWh par an, soit l’équivalent, hors chauffage, de l’électricité nécessaire à 1 440 foyers.

Outre l’installation de centrales photovoltaïques au sol, la politique du gouvernement est de favoriser les grandes installations qui s’intègrent au bâti, soit lors de la construction soit lors d’opération de rénovation.

-  Le parc relais Vaise  : Le SYTRAL avait montré dès 2003 son intérêt pour le solaire en équipant de panneaux photovoltaïques ses abribus pour informer les usagers du trafic. En 2005, la centrale photovoltaïque installée sur une pergola couvrant le toit du parc relais de Vaise est la plus grande de France, avec 1 180 m² de panneaux. La production prévue en 2005 était de 150MWh par an.

Doc : Terrasse photovoltaïqu, 102.1 ko, 150x112

Terrasse photovoltaïque du Grand Lyon

© Grand Lyon

(JPEG, 102.1 ko)

-L’Hôtel du Grand Lyon : cette centrale de 244 m², installée sur une terrasse, a été mise en service en juillet 2008, produisant 34 MWh soit des recettes annuelles d’environ 10 000 € selon le tarif de vente à 0.30 €/kWh, contre 45 000 € pour le parc relais de Vaise. Une autre centrale est déjà installée à la Cité des Congrès, représentant environ 50% de celle de l’Hôtel du Grand Lyon . Depuis 2007, le tarif de rachat est passé à 0.60 €/kWh, par le biais d’une subvention qui s’ajoute aux mesures précédentes, lorsque les installations sont intégrées au bâti, c’est-à-dire dès la construction.

-  Sur le parc technologique de Saint-Priest, le Pôle Solère ou Cité de l’environnement est un bâtiment à énergie positive, qui produit plus qu’il ne consomme grâce à ces 1 300 m² de panneaux photovoltaïques installés sur le toit produisant 130 MWh (à 0.60 €/kWh). C’est aussi un pôle de compétences, avec, entre autres locataires, le Cluster Rhône-Alpes Eco-énergies, dont il a déjà été question. Voir « Cité de l’environnement : un bâtiment à la RT 2020 » in Le Tout Lyon en Rhône-Alpes, 27 juin 2009.

En savoir plus

D’autres exemples d’installations sur le site du Grand Lyon

-  Sur le site de l’Agence Locale de l’Energie de l’agglomération lyonnaise : une liste des installations photovoltaïques remarquables de l’agglomération, idem pour les installations thermiques remarquables.

-   « Un patrimoine exemplaire en matière de développement durable », in  Côté cour /côté jardin n°196, décembre 2009. Depuis 2003, la Direction de la Logistique et des bâtiments du Grand Lyon s’est engagée à optimiser pour partie son patrimoine, avec un objectif de réduction de 20% les émissions de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques. Sont concernés les bâtiments des directions du Grand Lyon soit 245 000 m², dont les chaudières et la climatisation seront rénovées ou remplacées. Deux centrales vont être construite sur les toitures de deux bâtiments dont l’étanchéité était à refaire : le Centre Léon Blum à Saint-Fons et le centre technique de maintenance de la Direction de la Logistique et des Bâtiments rue Jean Corona à Vaulx-en-Velin... avec une recette estimée de 19 000 euros par an et par bâtiment... D’autres sites sont à l’étude.

Doc : Entreprises Rhône-Alpe, 38 ko, 106x150

Entreprises Rhône-Alpes

(JPEG, 38 ko)

-« Le défi du (re)construire durable » par Corinne Delisle, in  Entreprises Rhône-Alpes de novembre-décembre 2009. Le défi n’est pas tant de construire durable - le quartier de Lyon-Confluences sera un modèle en matière de bâtiments basse consommation - mais de rénover l’existant, qui consomme 40% de l’énergie nationale, et génère 123 millions de tonnes de CO2 par an, soit 23% du total. Le Grenelle prévoit une baisse de cette consommation de 38% à l’horizon 2020. La rénovation thermique représenterait une manne de 600 milliards d’euros pour les entreprises. Oui, mais pris en charge par qui ?

Se donner une stratégie européenne

L’énergie solaire fait partie de NTE, les nouvelles technologies de l’énergie, prônée par la France dans le Grenelle de l’environnement et par l’Europe dans le Plan Stratégique Européen pour les Technologies Energétiques (Plan SET) : ses objectifs concernent le solaire photovoltaïque à grande échelle, l’intégration des énergies renouvelables dans le réseau électrique intelligent, l’efficacité énergétique, les piles à combustible, le stockage d’énergie et les biocarburants de seconde génération. Le développement de ces technologies permettra non seulement d’atteindre l’objectif des 3 fois 20 % en 2020, mais également de rendre les entreprises européennes plus compétitives sur le marché des NTE.

Le solaire est une des opportunités pour la région Rhône-Alpes d’acquérir une envergure européenne.

Le projet PITER, pour Platform for Integration of Trans-regional Energy R&D activities, a été retenu par la Commission Européenne dans le cadre du programme "Capacité - Régions de la connaisance" du 7ème PCRD. Le projet PITER est coordonné par la région Rhône-Alpes et regroupe la région du Piemont, le cluster turinois Environnement Park, la société Alma Consulting ainsi que Tenerrdis.

La finalité de ce projet d’une durée de 24 mois de janvier 2009 à décembre 2010 est la création d’une plateforme d’échange entre les régions Rhône-Alpes et Piemont. Ces échanges porteront sur la recherche, le développement et le transfert technologique et sur la coordination d’actions politiques et économiques pour le développement et la diffusion des énergies renouvelables. Son budget est de 665 M€ financé à 85% par l’Union européenne.

Les NTE et tout particulièrement le solaire constituent un axe stratégique pour la politique européenne de la région Rhône-Alpes. Celle-ci est décrite dans un récent rapport du Comité économique et social régional Rhône-Alpes : axée sur l’innovation, la croissance économique et la création d’emplois dans une perspective de développement durable, son territoire est désormais l’Eurorégion Alpes Méditerranée, qui regroupe cinq régions françaises et italiennes (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ligurie, Piémont, Vallée d’Aoste et Rhône-Alpes) unies par une communauté de destin et une base géographique cohérente. La présidence, assurée par Rhône-Alpes jusqu’en juin 2009 est actuellement entre les mains du Piémont.

En savoir plus

-  Les coopérations européennes de Rhône-Alpes : pour une stratégie ciblée, juin 2009. Les atouts de Rhône-Alpes en tant que région européenne sont sa forte croissance démographique, la qualification élevée de sa population. Elle est la 4e région européenne en terme d’effectifs travaillant dans la recherche et la 5e pour les dépenses investies dans ce secteur. L’Eurorégion Alpes Méditerranée date seulement de 2005 et succède aux « Quatre Moteurs pour l’Europe », Rhône-Alpes, Bade-Wurtemberg, Catalogue et Lombardie, dont le partenariat s’est essoufflé en 20 ans. Il existe environ 90 eurorégions qui se sont dotées d’un outil juridique, le Groupement Européen de Coopération Territoriale. Le rapport dresse un panorama des autres coopérations transfrontalières : Conférence des régions alpines, Espace Mont-Blanc, projet d’agglomération franco-valdo-genevois... et de l’ensemble des structures qui s’intéressent au développement européen de la Région.

Doc : Systèmes solaires, 28.5 ko, 150x107

Systèmes solaires

(JPEG, 28.5 ko)

-Systèmes solaires, le journal des énergies renouvelables et Energies renouvelables.org. S’inscrire pour accéder à certains dossiers (gratuit, e-mail + mot de passe). L’Observatoire des énergies renouvelables publie tous les deux mois un baromètre des énergies renouvelables dans la revue Systèmes Solaires. À chaque fois, ce baromètre présente et commente les chiffres les plus actuels d’une filière (éolien, photovoltaïque, solaire thermique,...). Les baromètres sont en ligne sur le site et téléchargeables sous format PDF quelques jours après leur publication dans la revue Systèmes Solaires. Les numéros 190 (mars-avril 2009) et 191 (mai-juin 2009) font respectivement le point sur le thermique et le photovoltaïque au niveau européen.

Rhônalpins, soyez solaires...

On sait qu’il existe deux techniques : dans le solaire passif, l’énergie solaire vient réchauffer un fluide dont la chaleur est utilisée pour le chauffage ou pour faire tourner une turbine ; dans le solaire photovoltaïque, l’énergie solaire vient exciter un matériau conducteur, produisant ainsi de l’électricité.
-  Pour se documenter, deux articles dans Wikipédia, l’un sur le solaire thermique, l’autre sur le solaire photovoltaïque

Quelques liens pour s’équiper

*****Applications domestiques du solaire « passif », dit « thermique » :

-  Fiche sur le chauffage solaire, Espace éco-citoyen de l’ADEME

-  Fiche sur le chauffage solaire de l’eau sanitaire, même site

*****Applications photovoltaïques

-  Fiche sur les installations photovoltaïques : comment produire son électricité

-   L’Espace info-énergie du Rhône qui propose un service de questions-réponses.

-  Photovoltaique Info est le centre de ressources documentaires dédié au photovoltaïque mis en ligne par l’association HESPUL, avec le concours financier de l’ADEME. Un site internet de référence constamment mis à jour, qui permet de découvrir, s’informer ou se perfectionner.

-    Le Photovoltaïque, texte de Lucette Hoisnard. Un petit guide très complet et illustré destiné au particuliers, qui aborde tous les aspects d’une installation, du technique aux aspects administratifs : aides...

Doc : Le photovoltaïque (...), 32.5 ko, 100x150

Le photovoltaïque pour tous

(JPEG, 32.5 ko)

-  Le photovoltaïque pour tous : conception et réalisation d’installations une publication de l’Observatoire des Energies Renouvelables, destiné aux professionnels.

Voir aussi

-  Changement et réchauffement climatique : l’homme face à un climat en crise



Archives     Plan     Mentions légales